Groupe francophone des Utilisateurs de TEX, LATEX et logiciels compagnons
Accueil du site > Publications > Lettre GUTenberg > Lettre GUTenberg 40 (septembre 2020)

Lettre GUTenberg 40 (septembre 2020)

Publié le dimanche 29 mars 2020, par Jérémy Just

Dernière modification le 6 novembre 2020

La Lettre GUTenberg n°40 a été expédiée à nos adhérents le 28 octobre 2020.

Télécharger cette lettre au format PDF.


PDF - 4.2 Mo
Éditorial Jérémy Just
Nouvelles de GUTenberg Jérémy Just
Gestion des adhérents : BaGUT démythifiée Yannick Tanguy
Un forum pour préparer l’AG Philippe Michel
Nouvelles de UK-TUG David Carlisle, Jonathan Fine (Trad. Hervé Choplin)
Retour sur TUG@BachoTeX Jean-Michel Hufflen
Composer sur une grille Claudio Beccari
Notes de lecture Vincent-Xavier Jumel, Flora Vern

Éditorial

Ici, voyez-vous bien, il faut courir de toute la vitesse de ses jambes pour simplement rester là où l’on est. Si l’on veut aller quelque part, ailleurs, il faut alors courir au moins deux fois plus vite que ça !

Ces phrases, adressées par la Reine Rouge à \mboxAlice, dans l’ouvrage de Lewis Carroll [1] sont utilisées en biologie pour illustrer le paradoxe que même dans un environnement stable, les espèces vivantes doivent évoluer en permanence. Si l’une d’elles restait telle qu’elle est à un moment donné, elle serait rapidement vouée à disparaître, car toutes les autres espèces autour d’elle évoluent, deviennent plus compétitives, mieux adaptées à l’environnement (c’est le « paradoxe de la Reine Rouge » des évolutionnistes).

Cette image est volontiers reprise par les économistes pour décrire le monde des entreprises et des technologies. (La)TeX, s’il donne l’impression extérieure d’une grande stabilité, voire immobilité, depuis la version LaTeX 2Ɛ de 1994, a constamment suivi l’évolution des techniques et des besoins : liens hypertextes, support de l’UTF-8, microtypographie, développement de packages pour la visualisation de données, suivi des nouvelles normes PDF et des formats de polices standards, accessibilité des documents, intégration de nouveaux langages, avec Lua... Grâce à une communauté de développeurs et d’utilisateurs active, TeX et LaTeX sont depuis plus de 30 ans des outils actuels, qui s’intègrent de plus en plus facilement dans des chaînes de travail modernes et qui répondent aux besoins qui apparaissent tous les jours dans les entreprises et les laboratoires.

Le projet LaTeX3 a pu sembler un peu isolé à une époque, éventuellement trop ambitieux ou en décalage avec les attentes de l’utilisateur moyen, mais j’ai eu le plaisir de découvrir lors de la conférence du TUG en juillet dernier que c’est loin d’être le cas. Un processus d’intégration continue a été mis en place, pour que les innovations soient rapidement ajoutées aux moteurs actuels et bénéficient à tous sans demander d’effort particulier.

Au-delà des développeurs, la communauté des utilisateurs de LaTeX est bouillonnante ! Dans le milieu universitaire, les formations se multiplient pour répondre à la demande. Les enseignants partagent leurs supports de cours, publient toujours plus d’excellents tutoriaux. L’activité des sites web d’entraide, quels qu’ils soient, est un indicateur que LaTeX est de plus en plus utilisé, par des novices, par des habitués et par des gens qui se lancent des défits techniques de niveau toujours plus haut !

Mais toute médaille a son revers, si dans les années 90, les groupes d’utilisateurs avaient un rôle central dans la diffusion de TeX et du savoir associé, ce n’est maintenant plus le cas. GUTenberg, mais aussi ses homologues américain et britannique, pour ne citer qu’eux, voient leurs nombres d’adhérents diminuer. Mon prédécesseur, Arthur Reutenauer, s’en inquiétait déjà en 2008, et se posait la question du rôle actuel de ces associations pour promouvoir l’utilisation de TeX.

Je pense qu’il ne faut pas se désoler de la situation. C’est avant tout une bonne chose que tout le monde puisse télécharger TeX en quelques clics, puis s’initier en lisant tel ou tel tutoriel gratuit, puis poser des questions sur un forum ! GUTenberg a un rôle à jouer en accompagnant ce mouvement, en s’ouvrant aux attentes de la communauté ! Avec notre énergie et nos moyens, à nous, les 100 ou 200 passionnés qui faisons la démarche de rejoindre et faire vivre GUTenberg, nous pouvons aider des milliers d’utilisateurs. C’est dans cette optique que nous avons mis la FAQ LaTeX francophone en ligne, il y a quelques années, que nous hébergeons maintenant un miroir CTAN, que nous envoyons gratuitement des DVD TeX Collection aux organisateurs de formations, que nous traduisons tutoriaux et documentations techniques en français...

Je suis sûr que nous pouvons faire encore plus de choses, nous devons accompagner la communauté TeX, et non nous considérer comme les gardiens du temple et nous désoler de voir le monde aller plus vite que nous.

Notre association à 32 ans cette année. 25 ans exactement. Dans la tradition de Donald Knuth, les puissances de deux sont un symbole fort. 25 ans, c’est aussi, dans le monde académique, l’âge où l’on est à la fois érudit, énergique et créatif. C’est le moment de courir deux fois plus vite, pour gagner la course de la Reine Rouge !

La prochaine Journée GUTenberg se tiendra le samedi 14 novembre 2020, en visioconférence. La plus grande partie de l’après-midi sera consacrée au bilan de l’activité de l’association, et à la discussion de ses projets pour l’année à venir. Je suis vraiment impatient que nous nous retrouvions, que nous fassions le point sur nos envies à tous, et que nous nous rassemblions autour de nouvelles missions.

Rendez-vous sur cette page pour avoir les dernières informations d’organisation :

https://www.gutenberg.eu.org/GUT2020

D’ici-là, prenez soin de vous et de vos proches.

Jérémy Just

Notes

[1] De l’Autre côté du miroir, Lewis Carroll, 1871, traduction Henri Parisot (Éd. Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade).

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0